Surtout ne te retourne pas - Tchéquie 6

Et voici le 6ème épisode des tribulations de Guillaume en Tchéquie (les épisodes précédents sont disponibles ici)

Les jours précédents nous avaient plutôt habitués à de la méditation en piste. Ou bien à des activités extra-vélivoles certes tout à fait respectables, mais assez loin des cumulus.

Exemples ci-dessous ...

image1image1 1

Alors au largage hier, nous étions simplement contents d'être en l'air, même si nous n'avions qu'une épreuve d'1h45, même si les prévisions annonçaient de la pluie.

L'art du sprint - Tchéquie 5

Guillaume aux pré-Championnats d'Europe en Tchéquie - Jour 5

(Résultats ici : http://www.soaringspot.com/en_gb/plachtarske-mistrovstvi-cr-2016-moravsca-trebova-2016/results

image2 2

La journée d'hier dans une coquille de noix : Décollage à 12h - 8/8 de couverture nuageuse à 15h30 - orages diluviens à 19h. On peut tout de même lancer un sprint. Une masse d'air instable, de beaux Congestus à l'horizon dès 11h. On sait tous comment cela va se finir : sous la pluie. La seule question est de savoir si l'on aura le temps de housser le planeur avant.

Heureusement qu'il y a des secteurs pour adapter le vol. Dans chaque classe on trouve un ovni qui fait de l'avion : 20 kph de mieux que le second. On a l'impression de ne pas avoir fait le même vol. En fait, l'explication est simple : par ce type de temps, il y a des autoroutes qui apparaissent dans le ciel, pas très longtemps, et uniquement en haut de la tranche, à la base des nuages. Celui qui les voit ET qui est là au bon moment ET qui visualise bien les secteurs pour oser s'écarter beaucoup du trait : celui là fait de l'avion, sans s'arrêter. Dessous, avant ou après, le vélivole ne trouve que des conditions moyennes, voire très molles dans les basses couches.

Pour deux heures de vol de plus - Tchéquie 4

Voici la suite des récits de Guillaume en Tchéquie pour les pré-Championnats d'Europe (après les jours 1&2 puis le jour 3)

Il nous aura fallu patienter plusieurs jours mais on a fini par l'avoir notre deuxième épreuve ! Entre un front qui arrive de l'ouest pour clôturer la journée, et un brouillard persistant le matin, il y avait 3 heures exploitable. Et ils l'ont fait, l'épreuve par secteur de 2h, où tout le monde cherche à partir à l'ouverture, surtout les dernières classes à décoller.

L'optimisme ne connait pas de frontière - Tchéquie 3

Après les jours 1 et 2, voici un nouveau récit de Guillaume en Tchéquie ...

C'est l'histoire d'une dépression qui s'attarde sur l'Allemagne et qui ramène un peu d'eau sur la jolie République Tchèque.
Pour ceux qui ne seraient pas au fait, c'est toujours le nom officiel du pays même si le président actuel aimerait changer pour Tchèquie : la "république" semble moins populaire ici que chez nous, souvenirs d'un temps révolu que certains voudraient oublier.

image1Toujours est-il qu'aujourd'hui nous avons pu apprécier l'optimisme des vélivoles locaux. À une heure du décollage, voyez à quoi le ciel ressemblait.
La colline à gauche plafonne à 300 M, il ne devait pas y avoir beaucoup plus de plafond à 12h.

image2

Nous avions un peu deviné la fin de l'histoire, mais nous sommes poliment retournés aux briefing successifs pour contempler l'animation satellite désespérément grise.
Vous pourrez noter la concentration de la délégation française.

Guillaume en Tchéquie - Jour 1 et 2

Voici un récit passionnant de Guillaume Girard qui est actuellement en République Tchèque avec l'Equipe de France

IMG 4156Quelques nouvelles de l'Est, là où le soleil se lève à 5h, où l'on mange beaucoup de cochons, et où la population locale parle une sorte de russe qui s'écrit avec l'alphabet romain.

IMG 4157Après deux jours de route, arrivée samedi soir à Moravská Třebová sous un joli ciel. Le paysage de la Moravie rappelle la Slovaquie, un mélange entre les Vosges et la Creuse, de grosses collines boisées et des vallées cultivées, pleines de creux et de bosses. Le colza domine mais il reste beaucoup de champs marrons qui rassurent un peu.

Montage du Discus et inscriptions, trop tard pour la pesée mais l'essentiel est prêt pour l'épreuve du lendemain. Pas idéal de quitter le boulot à Paris le vendredi midi, pour faire une épreuve en terre inconnue à 1300km de là le dimanche. Mais côté congés je n'avais plus rien à négocier, et puis on est là pour s'entraîner, pas pour être champion donc on fait au mieux. Donc on décollera sans téléphone portable (Free n'a pas voulu de la Tchéquie et pas le temps d'acheter une SIM locale), sans GPS dans la voiture (Tomtom s'arrêtait aux frontières de l'Allemagne), un démoustiqueurs HS et le Flarm pas renseigné sur OGN, mais au moins on décollera, à l'ancienne !

Partenaire de notre association

logo deveryware