Guillaume en Tchéquie - Jour 1 et 2

Voici un récit passionnant de Guillaume Girard qui est actuellement en République Tchèque avec l'Equipe de France

IMG 4156Quelques nouvelles de l'Est, là où le soleil se lève à 5h, où l'on mange beaucoup de cochons, et où la population locale parle une sorte de russe qui s'écrit avec l'alphabet romain.

IMG 4157Après deux jours de route, arrivée samedi soir à Moravská Třebová sous un joli ciel. Le paysage de la Moravie rappelle la Slovaquie, un mélange entre les Vosges et la Creuse, de grosses collines boisées et des vallées cultivées, pleines de creux et de bosses. Le colza domine mais il reste beaucoup de champs marrons qui rassurent un peu.

Montage du Discus et inscriptions, trop tard pour la pesée mais l'essentiel est prêt pour l'épreuve du lendemain. Pas idéal de quitter le boulot à Paris le vendredi midi, pour faire une épreuve en terre inconnue à 1300km de là le dimanche. Mais côté congés je n'avais plus rien à négocier, et puis on est là pour s'entraîner, pas pour être champion donc on fait au mieux. Donc on décollera sans téléphone portable (Free n'a pas voulu de la Tchéquie et pas le temps d'acheter une SIM locale), sans GPS dans la voiture (Tomtom s'arrêtait aux frontières de l'Allemagne), un démoustiqueurs HS et le Flarm pas renseigné sur OGN, mais au moins on décollera, à l'ancienne !

 

IMG 4166

Dimanche matin ballastage, découverte des procédures locales, premier briefing, décollage prévu à midi et petit stress quand le chef m'annonce que je ne pourrai faire l'épreuve du jour faute d'avoir pu peser la veille ... Après avoir plaidé la longueur du trajet tout s'arrangera 1h avant de décoller.

88 planeurs sur une plateforme pas si grande, une seule piste large, en descente (un peu comme à Montluçon sans la dure), la mise en piste est un peu acrobatique. Côté remorqueurs, c'est un peu la Ferté Alais : Wilga, Zlin, Schmelak et Ulm divers et variés, pas deux pareils, plutôt sur motorisés et trains classique, un joli bruit et de jolies couleurs, je vous ferai un bestiaire dans la semaine.

IMG 4162Et ça décolle dans une noria pas très optimisée : on sent qu'il n'ont pas l'habitude d'organiser des concours et d'avoir autant de monde. Et puis il y a 15-20 kt plein travers, alors c'est un peu sport. Au largage, on trouve bien 30+ kph de Sud, en thermique pur avec 1700M de plafond. Confortable ? Oui mais il y a des collines qui culminent à 1000m. Et puis tout ça va gentiment s'affaisser en cours de journée. 88 vaches le soir, nos 304 km étaient bien longs en 15m.

Le vol est engagé, ces fichues collines boisées c'est l'inconfort de la montagne côté vache, sans avoir la certitude d'y trouver des thermiques : on ne peut vraiment s'y fier avec le vent dans l'axe de la chaîne, et très peu de champs sur les bosses. Pas à l'aise, et pas envie d'expérimenter la vache en brousse sans moyen moderne de communication.

Bref, je n'ai pas joué en fin de journée et je ne le regrette pas. Je n'ai pas voulu suivre les locaux partir vent arrière sur l'avant dernière branche dans le 0,2 m/s sur un terrain hostile. Me suis posé sur un joli terrain ou 6 planeurs m'avaient précédés. Dépannage air, comme Anne, Lucas, Antoine, et Christophe. Napo/Benjamin et Aude rentrent au terrain dans avoir viré le dernier point : il faut aller dépanner Amelie et Poupée.
Le soir tout le monde est au gîte à 21h, pas de casse, c'est l'essentiel.

Le lendemain, 180 km prévu, décollage 11h30 ?! Hésitations de l'organisation jusqu'à 14h30. Le vent a forci, et on sent les remorqueurs tendus sur les décollages des buses, et les Cirrus arrivent de l'ouest. Beaucoup de tergiversations en piste : un secours qui arrive à 14h15 et une annulation à 14h30. On sent un peu de fébrilité, le fait d'avoir vaché tout le monde la veille ? En tous cas, je vous le dis, droit dans les yeux, Bailleau peut parfaitement candidater pour organiser un EGC !

IMG 4171Cela nous donnera le temps d'admirer le JS1 18/21 dernier cri et sa jolie turbine. Sa propriétaire (une banquière tchèque) nous vante sa fiabilité, et le fait qu'on ne sent pas le moteur, il ne traine pas plus qu'un train sorti (elle avait un 29 avant). 40' d'autonomie sauf que l'optimum est de voler à 180 kph en légère montée.
32 secondes entre l'appui sur le bouton et la poussée installée, moins de 50m de perdu. Pour ceux qui ne sont pas banquiers, le rêve est autour 200k€ TTC avec instruments, remorque et les deux envergures ...

Et puis pour finir, l'EQF travaille sa motivation

À demain pour de nouvelles aventures !

Guillaume

Partenaire de notre association

logo deveryware